Aller directement au contenu

Le Mont Sainte-Anne : terre promise du vélo de montagne

C’est bien connu : il n’y a pas de meilleur moyen de visiter un endroit qu’en profitant des conseils de ceux qui y vivent.

Pareil pour ceux qui y roulent.

Groupe de privilégiés qui peuvent se vanter d’avoir pour cour arrière l’un des plus beaux terrains de jeu cyclistes au monde – qui accueille chaque année des milliers de visiteurs venus l’explorer –, trois adeptes du vélo de montagne nous confient comment ils abordent ces sentiers dont ils connaissent presque chaque racine et roche par cœur.

Ils plaident pour L’Arête

Qu’ils roulent en famille ou entre adultes, le couteau entre les dents, Annie Vaillancourt et Patrick Bédard profitent à fond de l’immense territoire cycliste qu’ils peuvent atteindre en quelques coups de pédales, depuis leur résidence de Beaupré. Les deux avocats de la firme Bédard Poulin  sont de véritables mordus. Des amants de la montagne et ses alentours qui souhaitent faire partager leurs trouvailles. Comme ce segment avec lequel ils aiment conclure leurs sorties :

«L’un des meilleurs moyens pour terminer en beauté une sortie au Mont-Sainte-Anne est de redescendre par L’Arête. Accessible aux intermédiaires et aux plus téméraires, elle propose des descentes rapides et rythmées en plus de sections plus techniques (et optionnelles) pour les initiés. Décharges d’adrénaline assurées et sourires garantis!» promet Patrick.

Il est vrai que L’Arête présente de beaux défis à quiconque s’y engage. La première section, plus abrupte, est un défi de pilotage avec ses virages serrés et ses passages en dévers. Une courte montée mène ensuite les cyclistes vers une partie rapide qui sillonne entre les arbres à bon rythme pour déboucher dans le sentier Jean-Larose. De là, il ne faut pas oublier la dernière section, qui se prend quelques mètres plus loin, de l’autre côté de la Jean-Larose.

À fond la caisse

Un peu plus haut, un peu plus vite : le Mont-Sainte-Anne possède aussi un imposant réseau de sentiers de descente accessible après une remontée en télécabine. Du haut de ses 800 mètres, la montagne se dévale par une panoplie de pistes qui distribuent généreusement défis techniques et sensations fortes aux amateurs.

François Soucy, ambulancier de métier et ambassadeur de la boutique EPIC de Beaupré, est l’un des doyens de la discipline sur la scène provinciale. «La descente est moins dangereuse qu’il n’y paraît. Autant l’équipement de protection que les vélos sont parfaitement adaptés. Il faut rouler à son rythme, et après seulement quelques descentes, le débutant se surprend à aller plus vite», soutient le vétéran de 46 ans qui cumule, bon an mal an, environ 300 descentes de la montagne.

Sa favorite? «C’est La Grisante», dit ce marchand de vitesse qui fait régulièrement la barbe à des jeunes deux fois moins âgés que lui lors de courses locales. «Cette piste offre un peu de tout : vitesse, enchaînement de virages, passages techniques, en plus d’être assez longue, donc elle demande un bon niveau de forme pour finir en force.»

Rien ne semble vouloir ralentir cet ancien champion du monde de descente chez les maîtres (1999). En fait, la seule chance que vous aurez de le voir immobile, c’est quand il prodigue des conseils en bord de piste à ses garçons qui roulent dans ses traces. S’ils écoutent attentivement leur père, ils seront durs à suivre.

xc02

La relève qui pousse

Le Mont-Sainte-Anne est souvent perçu comme rude et techniquement difficile. Ses caractéristiques géologiques tout comme son escarpement peuvent expliquer en partie cette réputation, qui n’est pas surfaite. Certains sentiers exigent effectivement de savoir naviguer dans des segments bourrés de racines, et de négocier des passages rocheux, exposés par l’érosion. Mais cela ne veut pas dire que la montagne est inaccessible, au contraire.

Des dizaines de petits cyclistes affûtent leur technique dans ces pistes, en compagnie de leurs parents ou dans le cadre des activités du Club cycliste MSA. Comme la jeune Anaïs Paradis.

«J’ai 12 ans et ça fait trois ans que mon Specialized [NDLR : son vélo] et moi roulons ensemble dans les pistes du MSA. Notre préférée est La Coup de foudre à cause de ses bosses qui donnent l’impression d’être dans une montagne russe en pleine forêt», confie-t-elle.

«Dans les premières années où j’ai commencé à faire du vélo, cette piste se classait déjà parmi mes favorites. Maintenant que je suis plus avancée, elle est encore dans mes préférées parce que ses défis techniques changent à mesure que je prends de la vitesse. J’apprécie donc La Coup de foudre autant pour les randonnées tranquilles que pour les poussées d’adrénaline.»

Anaïs a bien raison, La Coup de foudre est un pur plaisir, et elle s’enchaîne facilement avec plusieurs autres sentiers pour le bonheur des cyclistes. À partir du secteur du camping, pensez Raccourci-Spirale-Coup de foudre-Sentier du moulin pour un retour vers la base des plus plaisants. Et si une petite de 12 ans vous dépasse, dites bonjour à Anaïs!

Vous souhaitez vivre une expérience hors du commun et séjourner au Château Mont-Sainte-Anne?
Informez-vous à propos des forfaits disponibles ou inscrivez-vous à notre Infolettre pour rester informé des activités et des nouveautés.