Aller directement au contenu

Le temps des oies à deux pas du Château Mont-Sainte-Anne

En octobre, il n’y a pas que les arbres colorés qui méritent notre attention. Le tableau moucheté de blanc que composent les oies des neiges faisant halte à la Réserve nationale de faune du Cap-Tourmente vaut aussi le coup d’œil!

Le spectacle impressionne toujours : des dizaines de milliers d’oies qui se posent dans les marais de la Réserve nationale de faune du Cap-Tourmente, dans un brouhaha de battement d’ailes et de criaillements; un délire de taches blanches sur fond de fleuve bleu azur. À aucun autre endroit sur la planète, on ne peut être témoin d’un tel rassemblement.

Intéressant : sur le site Web de la Réserve, une page permet de connaître le nombre d’oies ayant séjourné à Cap-Tourmente dans les derniers jours.

«Il n’y a pas d’oies des neiges ailleurs dans le monde; la totalité de la population de ce palmipède, soit près de 1 million d’individus, passe par le Québec deux fois par an», relate Chantal Lepire, agente de support au programme Aires protégées du Service canadien de la faune. S’il est difficile de déterminer le nombre exact d’oies qui s’arrêtent à Cap-Tourmente, nul doute que l’endroit est une halte prisée pour ces oiseaux qui parcourent 8000 km par an, entre les confins du Nord canadien et la Caroline du Nord. «On pourrait comparer Cap-Tourmente à une station-service sur la route migratoire, illustre Mme Lepire. Les oies s’y arrêtent pour se reposer et faire leur toilette, mais surtout pour s’y nourrir, car il y a ici un immense marais en bordure du fleuve où pousse une grande quantité de scirpe d’Amérique. Pour résister aux mouvements des marées, cette plante a un vaste réseau de tiges souterraines gorgées d’amidon. C’est dans ces racines que les oies trouvent l’énergie qui leur permet de poursuivre leur migration.»

Même si la vedette de l’endroit est l’oie des neiges (communément appelée oie blanche), la Réserve nationale de faune du Cap-Tourmente abrite quelque 180 espèces d’oiseaux, 30 espèces de mammifères et 700 espèces de plantes. Avis aux curieux : jusqu’au 18 octobre, vous pouvez visiter une station de baguage d’oiseaux, qui vous permettra de voir des passereaux de très près alors qu’ils seront manipulés, pesés, mesurés et bagués.

Belvédère

Belvédère

Pour les observer tout à loisir, on a jusqu’à la fin octobre; sinon, il faudra attendre leur remontée vers le nord, fin avril, début mai. Mais avec les arbres parés de doré, de rouge et d’orangé, l’automne est la saison par excellence pour admirer ces oiseaux! Si on veut apprendre et non seulement regarder, on a accès à des naturalistes sur place qui répondront à toutes nos questions (jusqu’au 25 octobre), ainsi qu’à un centre d’interprétation et à des projections audiovisuelles. On peut aussi profiter de notre visite à la Réserve pour faire de la randonnée pédestre (20 km de sentiers pour tous les niveaux), du géocaching ou diverses activités pour la famille, dont un rallye avec GPS. Voilà la destination tout indiquée pour une immersion nature unique en son genre!

570, chemin du Cap-Tourmente, Saint-Joachim, Site Web

 

Vous souhaitez vivre une expérience hors du commun et séjourner au Château Mont-Sainte-Anne?
Informez-vous à propos des forfaits disponibles ou inscrivez-vous à notre Infolettre pour rester informé des activités et des nouveautés.