Aller directement au contenu

Se préparer à une saison de ski réussie Le Château Mont Sainte-Anne vous propose une préparation physique pour votre saison de ski alpin

Préparation physique au ski

Pour vous, la saison froide est avant tout synonyme de ski ou de planche à neige? Pour aider votre corps à se rendre au printemps sans blessures, Le Château Mont Sainte-Anne vous propose la meilleure préparation physique au ski avec les prodigieux conseils de Marie-Chantal Dallaire, kinésiologue-kinésithérapeute et directrice de la Clinique Ékinox à Sainte-Foy.


 

Qu’il descende lentement les pentes avec la grâce d’un large slalom ou que sa passion soit de pousser ses limites sur des pentes presque verticales et dans les bosses, un skieur fait subir un important effort à son corps. Les chocs successifs peuvent mener à des blessures aux articulations du bas du corps, en particulier aux genoux, véritables talons d’Achille des amateurs de poudreuse.

Selon la professionnelle, pas besoin d’avoir des prétentions à la coupe du monde de Super-G pour avoir à cœur sa condition physique durant la saison de ski. «C’est lorsque le skieur sollicite ses muscles et ses articulations sans respecter la limite imposée par sa force physique et son endurance musculaire que les blessures surviennent», explique-t-elle.

 

 

DU CARDO ET DE LA MUSCU

Développer ses capacités cardiovasculaires est essentiel à une bonne préparation physique au ski. Un skieur essoufflé en permanence ne profite pas pleinement de sa journée et sa fatigue physique peut entraîner des blessures puisqu’il est alors moins alerte et donc moins disposé à absorber les chocs constants, inhérents à la pratique du ski.

Une trentaine de minutes d’exercices, trois fois par semaine, quelques semaines avant l’ouverture des pistes suffisent amplement à une bonne préparation. Les activités peuvent varier et l’intensité doit respecter les limites du skieur en demeurant sous le seuil de douleur. Les meilleurs alliés : la course et le vélo.

Concernant la musculation, les muscles des jambes sont forcément les plus sollicités, plus précisément les ischio-jambiers. «Tout dépendant de la capacité des individus, ces muscles doivent être renforcés en pratiquant des squats, la chaise au mur et d’autres exercices qui sollicitent le tronc», souligne la jeune kinésiologue.

AVANT DE SKIER

En arrivant au centre de ski le matin, il est toujours tentant d’enfiler ses bottes à toute vitesse et d’aller glisser sur la surface enneigée, parfaite à l’ouverture des pistes. Il faut toutefois faire preuve de patience, sous peine de voir une blessure écourter sa journée, ou pire, sa saison.

Selon Marie-Chantal, il est essentiel de s’échauffer avant de prendre la montagne d’assaut. «Le but est d’augmenter progressivement ses fréquences cardiaques jusqu’à un léger essoufflement», explique-t-elle.

Quelques minutes de course à pied ou encore des balancements de jambes et du tronc suffisent à réveiller votre carcasse et à assurer une expérience sans douleur.

Mais si vous trépignez vraiment d’impatience, vous pouvez utiliser votre première descente afin de vous réchauffer. Allez-y lentement en amplifiant vos mouvements. Ce sera moins sportif, mais ça vous aidera à vous protéger des blessures.

PRENDRE DES LEÇONS

Selon Marie-Chantal, les néophytes du monde de la glisse devraient suivre les enseignements d’un moniteur de ski professionnel avant de s’élancer seuls sur les pistes. Le ski alpin étant un sport très technique qui prend plusieurs années à maîtriser, quelques heures avec un pro peuvent prévenir l’apparition de certaines mauvaises habitudes, par la suite difficiles à oublier.

Par exemple, skier sur les talons (ou à cul, comme on dit familièrement) augmente le risque de blessures et de douleur aux jambes. Alors, même si votre beau-frère ou votre conjointe veut vous apprendre à skier, offrez-vous quelques descentes en compagnie d’un expert. Une excellente façon de progresser, mais surtout d’optimiser sa préparation physique au ski.

Préparation physique au ski

Préparation physique au ski

LE CASQUE, UN ÉLÉMENT ESSENTIEL

Déchirures musculaires, lésions à l’épaule, entorse au genou ou au pouce ou même rupture du ligament croisé : les blessures potentielles résultant d’une chute en ski sont nombreuses, mais celle qui a les conséquences les plus dramatiques et souvent permanentes est le traumatisme crânien.

Même les skieurs les plus aguerris ne sont pas à l’abri d’une vilaine chute. Elles sont difficiles à éviter complètement, mais leur effet peut être minimisé par le port d’un casque.

Sans compter qu’il protège merveilleusement du froid!

Vous souhaitez vivre une expérience hors du commun et séjourner au Château Mont-Sainte-Anne?
Informez-vous à propos des forfaits disponibles ou inscrivez-vous à notre Infolettre pour rester informé des activités et des nouveautés.