Aller directement au contenu

Secrets nordiques : village câlin

Secrets Nordiques - Traîneau à chien au Mont-Sainte-Anne

Une meute heureuse et en santé, voilà la clé pour une balade inoubliable en traîneau à chiens selon Secrets nordiques. Récit d’un après-midi tout doux parmi les pitous.

Par Julie Bouchard

Ce jour de janvier aux parfums printaniers ne pouvait pas mieux tomber pour mon rendez-vous avec l’hiver et les 65 chiens «esquimaux» de Secrets nordiques, une entreprise d’initiation au traîneau à chiens située à deux pas du Château Mont-Sainte-Anne. J’y suis fort bien accueillie par celui qui en tient les rênes depuis 21 ans, Bruno Saucier.

Dans le sentier qui nous mène au village canin, on jase sécurité des invités et bonheur des chiens. Ici, pas question de fatiguer inutilement la meute. Les canidés ne font que trois courtes sorties dans une journée. Pas de randonnée en soirée. «Ça perturbe les chiens, affirme l’ancien guide de rivière en rafting. Tu vas sortir un traîneau le soir pour une randonnée au flambeau, c’est tout le chenil qui va être énervé. On préfère offrir des sorties guidées en raquettes le soir, et des visites du village canin de nuit.»

inuchuk6Des chiens et des hommes

Bruno Saucier connaît le nom de tous ses chiens. Ils ont chacun leur personnalité et sont presque tous issus d’un métissage entre le husky sibérien et le malamute de l’Alaska. «La raison pour laquelle on fait des croisements, c’est qu’on veut avoir des chiens de cette taille-là, soit environ 80 livres, m’explique le musher en pointant Soya, une jeune femelle. Avec six chiens de cette taille sur le traîneau, c’est juste un bon équilibre et il y a assez de puissance pour que les chiens puissent faire leurs trois sorties, et qu’ils ne soient pas trop forts si quelqu’un de menu est au volant et qu’il veut freiner.»

Mener une équipe de molosses sur des dizaines de kilomètres de sentiers enneigés est une expérience qui peut être exaltante, mais aussi terrifiante. Selon Bruno, 10 minutes sont nécessaires pour se sentir en confiance. «Avant le départ, on vous explique comment parler à vos chiens, comment conduire votre traîneau, quels sont les signes qu’on utilise pour communiquer. Chaque personne reçoit un discours de sécurité complet.»

Dans les coulisses du chenil

Nous arrivons au village canin tout juste avant la distribution de la pitance des chiens. Ils jappent et sautillent, fébriles à l’idée qu’ils pourront bientôt se sustenter. Additionné de foie et de gras, leur bloc de bœuf haché compressé est si nutritif qu’il constitue leur seul repas de la journée. Et quand la randonnée est au programme, ils ont droit à une ration de moulée en guise de collation. «Avoir de la viande bien grasse, ça aide les chiens à être à l’aise, fait valoir Bruno. Pour être à l’aise avec les humains, il faut qu’ils soient bien, alors on va satisfaire leurs besoins de base : la nourriture, le sentiment de sécurité.»

On voit tout de suite que Secrets nordiques bichonne ses ressources canines. Les toisons sont brillantes, soyeuses, et les regards dociles, sans aucune trace d’agressivité. «Ça nous prend des chiens qui sont sécuritaires avec notre clientèle, qui est de 4 ans et plus. Des chiens qui ne sont pas invasifs, qui attendent qu’on leur donne de l’amour», illustre Bruno en cajolant tendrement Diego, un vieux mâle exubérant de 11 ans qui occupe un «poste à temps partiel avec son frère dans l’équipe de traîneau».

Le silence envahit les enclos. Les bêtes, libres, mangent lentement, sans se presser. Diego s’accroupit à mes pieds, quémandant quelques caresses. Ma main plonge dans son épaisse fourrure, s’y attarde un long moment.

Meilleur ami de l’homme, le chien? Ici, c’est certain.

lessecretsnordiques.com

Vous souhaitez vivre une expérience hors du commun et séjourner au Château Mont-Sainte-Anne?
Informez-vous à propos des forfaits disponibles ou inscrivez-vous à notre Infolettre pour rester informé des activités et des nouveautés.